Le graphique de la semaine

YouTube : Markus Koch Wall Street, 20.01.2023, Heure : 12:00

En vertu de la Constitution américaine de 1787, la législature fédérale bicamérale du Congrès est le seul organe autorisé à emprunter au nom des États-Unis. Cela a été fait, comme prévu, par des textes législatifs qui ont spécifiquement autorisé tous les emprunts depuis la fondation de l'État jusqu'en 1917.

Le Second Liberty Bond Act de 1917 a modifié la procédure pour permettre une certaine souplesse dans le financement de la participation des États-Unis à la Première Guerre mondiale.

Cette loi a établi un plafond général de la dette nominale jusqu'auquel le Trésor peut emprunter. Ce plafond s'élève aujourd'hui à 31,4 trillions de dollars.
Pourquoi c'est important
Aux États-Unis, si la Chambre n'atteint pas le plafond de la dette dans les prochaines semaines, le gouvernement sera à court d'argent. L'administration sera alors envoyée en vacances forcées et aucun salaire ou pension ne pourra être versé aux personnes âgées et aux anciens combattants.
Le relèvement du plafond de la dette donne toujours lieu à des discussions au Parlement, mais 24 heures avant l'échéance, les parties finissent généralement par trouver un accord. Vu les difficultés rencontrées par le Parlement pour élire un président de la majorité, on peut supposer qu'aucun compromis ne pourra être trouvé et que le gouvernement devra passer en mode d'urgence.
La question qui se pose alors est bien sûr de savoir si les États-Unis peuvent alors faire faillite parce qu'ils ne peuvent pas payer les intérêts de leur dette.

Source : Twitter : Lawrence McDonalds, @Convertbond, 19.01.2023

Le graphique montre l'écart de défaut de crédit pour les obligations du gouvernement américain. Le CDS peut être acheté comme une assurance dans le cas où les États-Unis devraient déclarer un défaut souverain. Cette prime a triplé ces derniers jours.

Source : Markus Koch Wall Street, 20.01.2023, Zeit : 16:17

Le graphique montre les réserves de liquidités de la Réserve fédérale américaine. Les 321 milliards de réserves devraient suffire à payer les intérêts de la dette publique américaine jusqu'au milieu de l'année environ. Un défaut souverain immédiat n'est donc pas encore imminent, mais de nombreux titres négatifs sur le sujet dans les semaines à venir pourraient déstabiliser les investisseurs.
Sur le plan politique, une fermeture du gouvernement est susceptible de nuire aux républicains. Le public ne blâme généralement pas le parti qui dirige le gouvernement (actuellement les démocrates), mais le parti d'opposition.
Lesmarchés émergents en plein essor
Au début de l'année 2023, les grands investisseurs institutionnels ont opéré de grands changements.

YouTube : Markus Koch Wall Street, 17.01.2023, Heure : 8:56

Le graphique montre une enquête de la Bank of America auprès des plus grands investisseurs institutionnels mondiaux. On leur a demandé s'ils surpondéraient ou sous-pondéraient les actions américaines dans leurs portefeuilles. C'est la première fois depuis 2005 que nous observons une sous-pondération aussi importante. Ces dernières semaines, beaucoup ont vendu des actions américaines.

YouTube : Markus Koch Wall Street, 17.01.2023, Heure : 9:35

La question qui se pose alors automatiquement, bien sûr, est de savoir où est allé l'argent. Une partie de l'argent a été réinvesti en Europe. Après presque un an, nous constatons à nouveau une légère surpondération des actions européennes.

Au cours des premières semaines de 2023, la bourse des États-Unis n'a augmenté "que" de 2 % et celle de l'Europe de 7 %.

YouTube : Markus Koch Wall Street, 17.01.2023, Heure : 10:08

Le graphique montre combien d'investisseurs institutionnels souhaitent surpondérer les actions des marchés émergents. La fin de la politique du zéro covide en Chine a entraîné une importante réallocation des fonds d'investissement vers les marchés émergents, en particulier l'Asie. Les investisseurs voient un grand potentiel si la situation en Chine se stabilise à nouveau.

Source : Isabelnet, 17.01.2023

Le graphique montre les flux financiers des investisseurs vers les actions et les obligations des marchés émergents. Nous observons actuellement les flux financiers absolus les plus élevés vers les marchés émergents depuis plus de 15 ans.

La question est de savoir combien de temps cette euphorie va durer. En période de récession émergente et de réduction de la production industrielle, les marchés boursiers asiatiques souffrent généralement davantage que ceux des États-Unis et de l'Europe.

Scénario le plus pessimiste pour 2023 en cas de récession

Le graphique de gauche montre les bénéfices par action réalisés depuis 2020 pour toutes les actions du S&P 500. En noir, vous pouvez voir les attentes pour 2023. La plupart des investisseurs supposent que les bénéfices des entreprises continueront de croître en 2023.

Dans le même temps, cependant, une récession est imminente. On peut se demander si les entreprises peuvent maintenir leurs bénéfices pendant une récession. C'est tout à fait possible en cas de récession légère, mais pas en cas de récession grave.
En cas de récession grave, les bénéfices chutent de 15 % en moyenne. Dans ce cas, la ligne rouge du graphique en haut à gauche serait réaliste. Si l'on tient compte de cet effondrement dans les prix, un niveau d'indice pour le S&P 500 sur le graphique de droite (chiffres rouges) est réaliste.

Dans un tel scénario catastrophe, le S&P 500 passerait des 4 000 points actuels à 3 360. Cela représenterait une baisse de 16 %. Comme le marché boursier a déjà augmenté de près de 5 % au cours de cette année, le rendement depuis le début de l'année tomberait à -11 %. Cette situation n'est bien sûr pas réjouissante pour les investisseurs, mais dans le pire des cas, elle n'est pas non plus très dramatique. Étant donné que de nombreux investisseurs sont encore sous-investis, nous continuons de nous attendre à des marchés boursiers en hausse ou stables et non à un effondrement majeur.

Source : Twitter : Markets & Mayhem, @Mayhem4Markets, 21.01.2023

Une statistique qui ressort actuellement est le très faible taux d'épargne des Américains. Actuellement, nous observons le taux d'épargne le plus bas depuis 2005, et s'il continue à baisser, nous verrons bientôt le taux d'épargne le plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale. Actuellement, il semble que les Américains dépensent à deux mains tout ce qu'ils ont économisé pendant la crise de la pandémie.

L'évolution de ce ratio doit être surveillée de très près en ce moment. Si le taux d'épargne augmente, la consommation diminuera. Cela pourrait alors conduire à une récession plus sévère que ce qui est prévu actuellement.

Vous voulez participer au prochain événement ?

Avis de non-responsabilité

Le contenu des blogs est uniquement destiné à fournir des informations générales et à aider les clients potentiels à se faire une idée de notre mode de fonctionnement. Ils ne constituent pas des recommandations devant conduire à l'achat ou à la vente d'actifs et ne sont pas des conseils d'investissement. Marmot.Finance ne peut pas juger si et comment les déclarations faites correspondent à vos objectifs d'investissement et à votre profil de risque. Si vous prenez des décisions d'investissement sur la base de cet article de blog, vous le faites entièrement à vos propres risques et responsabilités. Marmot Les produits mentionnés ne sont pas des recommandations, mais sont destinés à montrer comment Marmot.Finance travaille et sélectionne ces produits. Marmot.Finance est également totalement indépendant et ne gagne pas d'argent sous quelque forme que ce soit des fournisseurs de produits.

Vous voulez faire travailler votre argent pour vous ?